Doubs Sud Athlétisme - 2 avenue du stade Paul Robbe - 25300 Pontarlier

Episode 2 Histoire du château de Joux de 1690 à 1813

1690 : rénovation du Château de Joux par Vauban, ingénieur du roi Louis XIV

Au XVIIe siècle, le roi de France Louis XIV fait la conquête de la Franche-Comté. Il envoie alors son ingénieur Sébastien Le Prestre, marquis de Vauban, faire le tour des places-fortes. Vauban fait rénover et moderniser le château de Joux. Il reprend les fortifications héritées du Moyen-âge, les modifie, les reconstruit, les renforce. Il rajoute une enceinte, une poudrière blindée, un grand puits et des casernements pour loger les soldats. C’est une grande nouveauté, puisqu’auparavant les soldats en garnison étaient logés chez l’habitant.

Ainsi, à la fin du XVIIe siècle, 5 ou 600 personnes vivent à Joux. Ils prélèvent le péage de La Cluse, manient les armes, font des exercices physiques, surveillent la frontière, assurent l’intendance, peuvent servir de pompiers pour la Ville de Pontarlier. Mais ils font aussi beaucoup la fête !

 

1802 : emprisonnement de Toussaint Louverture au Château de Joux

Le 23 août 1802, Toussaint Louverture arrive au Château de Joux, alors prison d’état.

Cet ancien esclave noir devenu gouverneur de la colonie française de Saint-Domingue (aujourd’hui Haïti), a été fait prisonnier par les troupes de Napoléon 1er, 8 jours plus tôt. Il est immédiatement déporté en France, dans le fort situé le plus loin de la mer. Ses conditions de détention sont renforcées, puisque deux prisonniers avaient réussi à s’évader du Château, une semaine auparavant. Toussaint est tenu au secret, sa fenêtre est murée. Après un hiver au fort, il décède le 7 avril 1803 dans sa cellule.

Esclave affranchi, chef des esclaves révoltés, officier de l’armée espagnole puis de l’armée française, gouverneur de Saint-Domingue, homme politique et fin stratège, Toussaint Louverture a lutté pour l’abolition de l’esclavage et œuvré pour l’indépendance d’Haïti. L’indépendance est finalement proclamée en 1804 et l’esclavage définitivement aboli en France en 1848.

1813 : siège du Château de Joux par les Autrichiens

En 1813, quelques prisonniers espagnols réussissent à s’échapper du fort de Joux. Mais ce n’est pas ce qui préoccupe le commandant de la place. En effet, après le désastre de la campagne de Russie en 1812, les royautés européennes s’associent contre Napoléon 1er. L’empereur des français repart en campagne. Les Autrichiens menacent le territoire. Le 26 décembre, ils entrent dans Pontarlier ; le 27, ils assiègent le château de Joux. La garnison du château compte à peine 300 hommes, des vétérans et des conscrits inexpérimentés, et les approvisionnements de nourriture sont insuffisants. Les canons autrichiens bombardent le château depuis la Fauconnière et le Larmont. Après 21 jours de siège, le château capitule.

Cet épisode contribue à décider de la fortification de la montagne du Larmont : le fort Malher est construit en 1844.